Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
en tourbillonnant

Signes culturels rencontrés : musique, peinture, écriture, etc.

Poésie 21 : Joan Margarit

 

Cette photo, pour ouvrir le billet, peut surprendre. Joan Margarit, poète, était architecte, spécialiste du calcul des structures.
C'est bien sûr du poète que je veux parler. Il est mort il y a presque un mois. Il avait prévenu. Sa poésie montrait comment il faut vivre avec des blessures, comment il faut résister. Faire face. Il a écrit en espagnol (castillan), mais surtout en catalan. Son ami Martí i Pol, dont ce blog vient de parler, l'a encouragé, dès 1978, à écrire en catalan, sa langue.
On trouvera en français une anthologie,  Leçons de vertige, éditée par "Les Hauts-Fonds", parue en 2016. C'est sa première traduction en français. Elle est saluée par un article de l'Institut Ramon Llull de Paris. Dans une vidéo
Joan Margarit lit le Sonnet des deux villes. Il est dans l'anthologie ; je le donne ici avec ma traduction et ses imperfections.

Sonet a dues ciutats 

                                                                                             Le rouge pour naître à Barcelone,
                                                                                                      le noir pour mourir à Paris.
                                                                                                      Thank you, Satan, Léo Ferré

Hôtel de l'Avenir, l'última nit:
París ens mostra el seu capvespre als vidres.
Quina sort acostar-se amb un somrís
Als seixanta anys, la Porta de les Liles.
Quina sort no haver estat un home trist,
ni tu una dona trist. Les ferides
ens han anat fent durs i compassius.
Quina sort aquest fill. Les dues filles.
Quina sort poder veure rere els vidres
una ciutat que no existeix, la nostra:
Ferré canta Verlaine, la pluja posa
reflexos roigs i negres a la nit.
Roig per haver nascut a Barcelona,
negre pels trens nocturns cap a París.

(Estació de França, 1999)


    Sonnet des deux villes

                                                                          Le rouge pour naître à Barcelone,
                                                                                                            le noir pour mourir à Paris.
                                                                                                            Thank you, Satan, Léo Ferré

Hôtel de l'Avenir, dernier soir :
Paris nous montre sa nuit qui vient dans les carreaux .
Quelle chance de s'approcher avec un sourire
des années soixante, de la Porte des Lilas.
Quelle chance de n'avoir pas été un homme triste
ni toi une femme triste. Ces blessures
nous ont faits durs et sensibles.
Quelle chance cet enfant. Les deux filles.
Quelle chance qu'on puisse voir au-delà des carreaux
une ville qui n'existe pas, la nôtre :
Ferré chante Verlaine, la pluie met
des reflets rouges et noirs à la nuit.
Rouge pour être né à Barcelone,
noir pour les trains de nuit vers Paris.

(traduction BC, mars 2021)


Il n'y a pas, pour le moment, de notice Wikipédia en français sur Joan Margarit. On peut lire la notice en  anglais ; celle qui est en catalan, ici, est mieux.

 
En anglais, encore, on peut se connecter au site web du poète. 

Le mois de février a vu la mort de Joan Margarit, de Lawrence Ferlinghetti et de Philippe Jaccottet. Nous voulons les lire, les écouter encore. Le poète, "wanderer traumatic " comme l'écrit Ferlinghetti, reste avec nous.

 
BC

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article