Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
en tourbillonnant

Signes culturels rencontrés : musique, peinture, écriture, etc.

Ben Shahn

Voici 50 ans, mourait le peintre américain Ben Shahn (né à Kaunas en Lituanie en 1898, il vivait aux États-Unis depuis 1906). Les Français le connaissent peu et ce billet veut réparer l'injustice. C'est un peintre, mais aussi un photographe, un graphiste, un graveur, un calligraphe, et surtout un militant
Son œuvre est marquée par les toiles, les fresques, les mosaïques sur Sacco et Vanzetti
Je n'en parlerai pas ici, mais leur présence en filigrane est permanente. Sa carrière est également marquée par sa collaboration avec Diego Rivera dont il était l'assistant pour la fresque du Rockeleller Center (1933) à New York. Dans le cadre du New Deal de Roosevelt, Ben Shahn a fait de nombreuses photos pour la Farm Security Administration. Plus tard, on trouve de lui ses gravures sur l'Affaire Dreyfus, certes française, mais d'une portée universelle. 
En cliquant ici, vous lirez l'insuffisante notice Wikipédia en français sur Ben Shahn, et , la notice en anglais, plus substantielle.
 
Pour commencer, je vous propose cette gravure de 1959. En anglais son titre est

Cat's cradle, en français en dehors de berceau du chat, il n'y a pas de nom particulier. Vous direz que ce n'est qu'un jeu de ficelle pour les enfants : les doigts des deux mains créent des formes avec ces fils qui paraissent emmêlés. J'y vois le travail de Ben Shahn : le monde est complexe ; le rôle de l'artiste, avec ses mains, est d'introduire de l'ordre dans ce chaos, au moins en montrant ce qui est essentiel.
En outre, le monde est fait d'individus blessés par les épines, comme dans cette

gravure de 1963.

Le livre The Shape of Consent, reprend les conférences (Charles Eliot Norton Lectures) faites par Ben Shahn à Harvard en 1956-57. Un dessin dans le livre montre la perplexité de l'individu devant le monde :

La société est devant nous. Elle pourrait être meilleure. Il ne suffit pas de le dire.
Dans une autre illustration du livre, on voit un homme qui s'apprête à

moissonner. Ben Shahn reprend plusieurs fois ce champ de blé, car il y a des connotations bibliques auxquelles il est sensible. Son livre (1967) sur l'Écclésiaste l'indique et il y a de nombreuses œuvres de cette inspiration. La grande tapisserie tissée de soie, représentant le chandelier sacré est faite sur son carton Menorah. Sur la gravure de la moisson, les épis réjouissent par leur forme le dessinateur. Mais il faut agir. Le Roi David dit dans la Bible que les hommes sont frères. Ben Shahn illustre le psaume 133

(lithographie de 1963) en reprenant les mots de l'Authorized Version sur l'amour fraternel : " Behold, how good and how pleasant it is for brethren to dwell together in unity! It is like the precious ointment upon the head, that ran down upon the beard, even Aaron's beard: that went down to the skirts of his garments; As the dew of Hermon, and as the dew that descended upon the mountains of Zion: for there the Lord commanded the blessing, even life for evermore." (Dans la traduction de Louis Segond : " Voici, oh ! qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble ! C’est comme l’huile précieuse qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, qui descend sur le bord de ses vêtements. C’est comme la rosée de l’Hermon, qui descend sur les montagnes de Sion ; car c’est là que l’Éternel envoie la bénédiction, la vie, pour l’éternité.") Dans cette gravure, l'humaniste et l'homme de foi se retrouvent. 
Sacco et Vanzetti sont nos frères. Nous sommes les manifestants dans cette peinture de 1933.

Dans les années 50 et 60, Ben Shahn montre les toits hérissés d'antennes comme d'épis ou des chariots en attente devant un supermarché. Le graphiste, on peut le penser, se réjouit des lignes à représenter. Le militant combat cette société de consommation et ses injustices. 
A la même époque,  il rejoint la lutte pour les droits civiques ; son MLK fait la couverture de Time et il le représente sur une affiche avec le texte du discours de Washington.

Ben Shahn n'oublie pas que l'artiste doit aussi parler.
A tous il nous offre le monde. 
Regardez cet oiseau dans The Shape of Consent (1956-57) ; l'image nous "fait".

N'oublions pas ce que peut l'individu : extrayons cette phrase de la conférence de Ben Shahn :
"Without the person of outspoken opinion, […] without the critic, without the visionary, with the nonconformist, any society of whatever degree of perfection must fall into decay."
(traduction, libre, bien sûr : "Sans celui dont la parole est libre, […] sans le critique, sans le visionnaire, avec le nonconformiste, toute société tant soit peu développée tombera nécessairement dans la décadence.")


[Ce billet montre surtout des gravures de Ben Shahn. Il y en a beaucoup d'autres. Il y a aussi de nombreuses autres œuvres : photographies, peintures, fresques… 
Une page de ArtCyclopedia offre la possibilité d'en voir plusieurs. Je voudrais remercier
ici les collections privées, les musées et le Ben Shahn Estate de Rutgers University.

This post is in French. Even if you are not familiar with the language, you can enjoy the illustrations. They are mainly engravings. There are many others. Ben Shahn is the author of other works (photographs, paintings, frescoes, etc.). Many can be visualized through the site ArtCyclopedia. 
I wish to thank the private collections, the museums and the Ben Shahn Estate at Rutgers University.
]

BC
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article